19/10/2016

2 actions dans 2 directions avant l'échéance

Rappel : l'extraction n'est qu'en sommeil, suspendue par son PDG "étonné" de rencontrer une telle mobilisation.
Le 1er décembre 2015 était signée pour 1 an l'autorisation préfectorale de travaux.
Le 1er  décembre 2016 la CAN peut obtenir la reconduction de cette autorisation si rien ni personne ne s'y opposent.
Si elle n'a pas le pouvoir d'abroger le décret Macron, Ségolène Royal peut agir pour que les Préfets ne renouvellent pas cette autorisation. Les enquêtes qu'elle a commandées peuvent y participer grâce aux éléments recueillis par les 2 experts qu'elle a missionnés (Lannion 28 et 29 septembre). 
C'est le sens de la cyberaction que nous avons mise en ligne ICI.

L'autorisation de travaux dépend des Préfets qui répondront favorablement ou non, en vertu des éléments nouveaux qu'ils obtiendront, à la demande de la CAN. Mais celle-ci peut d'elle-même, prendre l'initiative de renoncer comme elle a pris celle de suspendre :
Le 30 octobre nous devons continuer "d'étonner" le PDG de la CAN lors d'un rassemblement sur la plage pour un message clair vers une suspension ad vitam æternam : 
 PAS TOUCHE AU SABLE !
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

1 commentaire:

yann Venner a dit…

Tous unis contre l'extraction de sable coquillier en baie de Lannion.