28/11/2016

CR de la Commission de Suivi du 8 novembre

Le compte rendu de la dernière CSIC est accessible ici.
La suspension est confirmée. 
Le spectre de la reprise est perceptible, elle est assortie de conditions dont l'apaisement, mais elle pourrait être envisagée dans le cadre d'un "pacte de confiance" entre élus, associations et l'industriel.
De quelles associations s'agit-il ? Des associations siégeant en Commission de Suivi ou de toutes les associations opposantes ?
Quoi qu'il en soit, c'est bien dans le Trégor que l'avenir de cette extraction se joue. C'est d'abord dans le Trégor que se poursuivra  la mobilisation.
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

18/11/2016

Extraction plus au large : une carte pourrie dans un jeu truqué ?

Le décret Macron prévoyait l'étude d'une autre dune, située à environ 40 km. On laissait même entendre qu'elle prendrait le pas sur l'extraction en Baie de Lannion. Ça pouvait rassurer, mais c'était illusoire !

Dans le rapport des experts missionnés par S. Royal nous lisons (page 49) :
"[...] le respect formel de la prescription [...] de l’arrêté inter préfectoral a été atteint par la CAN dans la feuille de route qu’elle a établie."
Mission accomplie donc sur ce plan, semble-t-il. 


Et les experts de conclure (p 49):
 "Il semble cependant illusoire de vouloir poursuivre les analyses dans cette direction s’il s’agit d’assurer un approvisionnement régional en amendements calcaires. Une exploitation au large ne peut se justifier que dans le contexte d’une refonte assez profonde du processus d’approvisionnement en sable coquillier du groupe Roullier qui serait justifiée par des perspectives de valorisation à valeur ajoutée."


En fait, pour des raisons techniques élémentaires, l'extraction au large ne répond pas à une exploitation prétendument destinée à l'agriculture bretonne : la taille du navire nécessaire (+ de 120 m) et les volumes extraits excluraient tout port breton, de Brest à St Malo pour des raisons liées soit au stockage soit à l'accessibilité des ports. Le sable devrait alors voyager beaucoup, beaucoup plus loin avant de revenir... en Bretagne ?
 
A la signature du décret, l'extraction au large a été l'élément utilisé pour rendre le projet plus acceptable : la CAN a-t-elle alerté sur l'aspect illusoire de cette option au moment de signer ?
A qui fera-t-on croire que l'on ne savait pas déjà ce que 2 experts ont mis en lumière en seulement quelques heures ?  

 
Les autres volets du dossier ont-ils été traités avec la même désinvolture voire la même volonté de masquer les évidences par d'autres "méconnaissances" de ce type ?  
 
On a ainsi laissé planer le doute, la confusion voire, pour beaucoup, l'espoir d'une solution possible.
L'illusoire extraction plus au large est donc une carte pourrie à exclure de ce  jeu truqué dont nous ne sommes pas dupes.
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

11/11/2016

Vers un apaisement durable !

Les recours vont être rejetés si le Conseil d'Etat suit, et c'est plus que probable, les recommandations du rapporteur. Rien ni personne ne semble pouvoir invalider le décret accordant la concession.
Si l'attente de la décision est le seul motif de suspension, l'extraction pourra donc reprendre dès que le Préfet (29) autorisera à nouveau les travaux.
Mais on invoque aussi ce "souci d'apaisement" pour justifier la suspension : combien de temps faut-il pour atteindre cet apaisement ? Peut-il un jour être atteint ?
Que ce soit au Conseil d'Etat ou dans le rapport des experts missionnés par Mme Royal, il n'est question que de conformité aux règles et procédures : M. Macron parlait déjà en 2015 d'un décret signé "dans le respect des procédures", puis Mme Royal d'une décision "écologiquement pas responsable" tout en demandant à "ses équipes" d'inspecter les conditions de l'extraction.
Le rapport des inspecteurs missionnés reste donc axé sur ces conditions d'extraction, malgré quelques remarques çà et là, et quelques exigences supplémentaires qui font bonne figure pour une extraction jamais mise en cause sur le fond, simplement rendue un peu plus présentable, et ce en s'appuyant sur des documents bien sélectionnés du dossier.
Dans le rapport des experts, nulle part n'apparaissent les termes "espèces protégées", "gorgone" ou "raie brunette"....
En fait, seuls les enjeux liés aux modalités d’extraction sont pris en compte, la dimension environnementale est, elle, totalement ignorée quand elle n’est pas noyée dans un flot d’informations qui faussent la prise en compte de ce qui nous importe réellement : la fragilité de cet écosystème particulier. En d’autres termes, nous sommes toujours en attente d’un traitement de fond du dossier, traitement que rien n’annonce !
Que les décideurs, le Préfet du Finistère ET la CAN (et eux seuls), sachent bien que cette idée d’apaisement est totalement illusoire : le seul apaisement possible, c’est l’annonce de l’abandon de toute perspective d’accorder un jour une nouvelle autorisation et d’écarter enfin cette menace permanente et insupportable contre laquelle nous continuerons d’organiser la mobilisation jusqu’à... réel apaisement durable !


https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

08/11/2016

Echéance 1 : suspension prolongée

1ère échéance, à l'issue de la réunion de la CSIC, on apprend que l'extraction reste suspendue, cette fois parce que l'autorisation d'extraire n'est pas renouvelée... pour le moment.

Communiqué de presse de la Préfecture ici :
Ouest-France           Le Télégramme            Le Trégor

Le Conseil d'Etat va-t-il invalider le décret Macron accordant la concession d'extraction ? Ce sera l'échéance n°2 : décision déterminante dans 2 à 3 semaines. 

Et ensuite ? 
Le rapport des experts missionnés par S. Royal est publié et accessible et téléchargeable ici.
Ce rapport émet des préconisations : qu'en feront les Préfets ? Vont-ils, avec quelques semaines de décalage, renouveler l'autorisation ? 
Ce sera l'échéance n°3, celle que les opposants ne devront pas attendre passivement, celle sur laquelle la mobilisation pèsera comme ont pesé les récentes manifestations sans lesquelles il ne serait même pas question de "souci d'apaisement".
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

07/11/2016

Commission de Suivi : réunion mardi 8

La Commission de Suivi, d'Information et de Concertation (CSIC) se réunira ce mardi de 9h 30 à env 12h 30 à la sous-préfecture de Lannion.
On notera que le compte rendu de la précédente CSIC (4 juillet) n'est toujours pas accessible au public, ni sur le site de la DREAL Bretagne, ni sur celui de la Préfecture.
Cet accès à l'information nous avait pourtant été promis par le Préfet en avril dernier. 
On notera également qu'aucune association de citoyens hormis les associations environnementales agréées (voir page 3 article 2.7) n'est représentée. Si l'association PDDBAB n'a pas le fameux agrément "protection de l'environnement", elle n'apparait pas non plus dans la liste (page 3) de l'article 2.8 : plaisanciers et CA Développement). C'est normal, elle n'existait pas à cette époque. 
Mais depuis, plusieurs milliers de citoyens se sont retrouvés à son appel dans les rues de Lannion, sur l'eau ou sur la plage de Trébeurden. Des citoyens dont l'immense majorité n'est pas représentée à cette CSIC.
Où est la transparence ? 
Où est le droit à l'information ?
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

05/11/2016

Audience au Conseil d'Etat : rectificatif

Fort logiquement, les associations requérantes membres du PDDBAB sont également convoquées, ce qui signifie que c'est l'ensemble des recours sur le fond du dossier qui sera étudié mercredi prochain (décision dans les 2-3 semaines suivantes en principe).
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x

04/11/2016

Commission de Suivi et Conseil d'Etat


Les échéances se bousculent ce qui appelle à la plus grande vigilance. 
La prochaine réunion de la Commission de Suivi, d'Information et de Consultation (CSIC) se tiendra le 8 novembre.
Le lendemain, le Conseil d'Etat examinera le recours "sur le fond" déposé par LTC, 13 communes et le PDDT.
Un autre recours sur le fond avait également été déposé par 6 associations, avant la création de notre asso, qui n'ont aucune information quant à son examen. Il semble donc qu'il sera traité séparément.
Les recours sur le fond mettent en cause le décret ministériel lui-même : si l'un d'eux aboutit à son invalidation, c'en sera fini de l'extraction en Baie de Lannion. Solution idéale évidemment.
Par contre, si les décisions du Conseil d'Etat vont dans le sens de la CAN, la reprise de l'extraction restera possible jusqu'au 30/11. Au-delà, la question du renouvellement de l'autorisation de travaux relèvera d'un arrêté préfectoral, une décision qui, a priori, ne relève pas des mêmes critères que ceux étudiés en Conseil d'Etat.
https://www.helloasso.com/associations/peuples-des-dunes-de-batz-a-brehat/collectes/x