07/06/2017

L'extraction doit-elle reprendre ?

C'est la question qui a été posée par le Télégramme (1/06) aux candidat(e)s des 3 circonscriptions concernées (Lannion, Guingamp, Morlaix). 
A la lecture des réponses des candidats ou de leurs partis à cette question ouverte, l'opposition à la reprise de l'extraction en Baie de Lannion, est, semble-t-il, unanime.
Rappelons que c'est un(e) député(e) que les électeurs vont élire pour chacune des 3 circonscriptions concernées par cette exploitation industrielle de ressources naturelles reconnues sensibles.
Sans prendre en compte les positions purement politiques qui ont certes leur place dans ces élections, mais que nous n'avons pas à traiter au risque de nous écarter de notre ligne apolitique, voici ce que disent les candidats de façon explicitement formulée :
  • 13 candidat(e)s sur 14 expriment leur opposition à toute reprise ; 1 candidate pose des conditions à la reprise.
  • 10 candidat(e)s évoquent les atteintes à l'environnement.
  • 6 candidat(e)s soulèvent la question des fameux "besoins agricoles bretons", question qui a servi de prétexte à l'industriel Roullier pour obtenir la concession. Nous savons que le sable coquillier actuellement extrait sur nos côtes entre dans la composition, sous le nom de Calcimer, de nombreux produits agricoles (sols, bétail) déjà largement exportés dans le monde entier.
  • 8 candidat(e)s accusent l'administration précédente de non-respect voire de mépris de la démocratie locale.
  • 8 candidat(e)s mettent également en avant la question socio-économique.

Objectivement, les positions exprimées ne laissent entrevoir que des intentions fort louables, mais ne donnent pas de perspectives concrètes et crédibles qui permettront d'aboutir à l'arrêt définitif de cette extraction. De ce point de vue nous sommes plus dans "l'ambiance" partagée du "Non à l'extraction !" que dans la méthodologie parlementaire assumée !
C'est le point qui fait défaut dans l'ensemble des réponses : que peut-il être mis en œuvre par nos 3 prochain(e)s député(e)s pour obtenir le résultat que presque tous semblent vouloir ?
De notre côté, nous pouvons assurer que la rue saura appuyer par un large écho populaire, les actions permettant d'ensabler définitivement ce dossier que le Trégor rejette depuis le début.

Aucun commentaire: